Actualités

COVID-19  


La pandémie du coronavirus COVID-19 a une nouvelle incidence préoccupante en Suisse et dans le monde, avec toujours ses multiples interrogations, et des propositions de prise en charge en continuelles modifications.


Prise en charge au cabinet

Une consultation téléphonique doit être privilégiée pour les patients non urgents, les malades chroniques stables, ou un renouvellement d’ordonnance 

Des plages horaires doivent être dédiées aux personnes consultant sans rendez-vous pour des signes respiratoires, pour ne pas les recevoir en même temps que les autres patients.

L’accueil du sujet avec signes respiratoires doit se faire en respectant les mesures barrière de prévention :

– respect d’une distance de 1.5 m avec le personnel d’accueil et dans la salle d’attente avec les autres patients;

– lavage des mains avec du savon et de l’eau ou un soluté hydro-alcoolique dès son arrivée au cabinet, sortie de la salle d’attente et sortie du cabinet

– port d’un masque.


Le personnel d’accueil doit, après chaque passage d’un individu ayant des signes d’infection respiratoire et ayant nécessité la manipulation d’objets lui appartenant (carte, moyen de paiement, documents, etc.), se désinfecter les mains.


Dans la salle d’attente, les personnes suspectes de Covid-19 doivent être isolées dans une pièce distincte dans la mesure du possible; sinon une distance d’au moins 1..5 m avec les autres doit être respectée. Les cabinets et pièces d’accueil doivent être aérées et nettoyées régulièrement. Une désinfection des surfaces est recommandée 2 à 3 fois par jour, sans oublier les poignées de porte, téléphones, claviers d'ordinateurs…

Il est préconisé d’enlever les objets non nécessaires (jouets, livres pour enfants, revues et journaux, etc.) dans les lieux où sont reçus les patients. Le nombre d’accompagnant est limité à une seule personne.


Quels signes de gravité à rechercher à l’examen clinique?

Principalement:

des comorbidités et/ou facteurs de risque: 

âge > 70 ans, 

insuf. respiratoire sous O2, pathologie respiratoire à risque de décompensation,  

Insuf. rénale chronique  dialysée, 

Insuf. cardiaque NYAHH III ou IV,  hypertension artérielle, antécédents d’AVC ou coronaropathie, chirurgie cardiaque, 

diabète insulinodépendant ou avec complications secondaires, 

immunodépression médicamenteuse (chimiothérapie anticancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive), infection par le VIH non contrôlée ou avec des CDA < 200/mm3, greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, 

cancer métastasé, cirrhose > stade B, obésité morbide (IMC > 40), grossesse (par précaution);


des signes de gravité imposant une hospitalisation :

polypnée (fréquence respiratoire > 22/min), oxymétrie de pouls (Sp02) < 93 % en air ambiant (<90% AA chez les BPCO), pression artérielle systolique < 90 mmHG, altération de la conscience, confusion, somnolence, déshydratation, altération de l’état général brutal chez le sujet âgé.

Dans tous les autres cas (en l’absence de signes de gravité), une prise en charge ambulatoire est recommandée avec 4 modalités de surveillance possible: autosurveillance (patient ou entourage); suivi médical; suivi renforcé à domicile par des infirmiers, en complément du suivi médical; hospitalisation à domicile. La décision du mode de prise en charge est laissée à l’appréciation du médecin qui détermine le suivi le plus adapté. 

En cas de suspicion forte de Covid-19 (infection respiratoire basse, chez un patient ayant pu être en contact avec un cas confirmé), la durée de l’arrêt de travail préconisée est de 10 jours.


Pour autre informations actuelle concernant le virus et sa prise en charge

allez au site dédié aux médecins fribourgeois :

















Pour autres informations:

Nous vous proposons diverses adresses utiles pour vous tenir au courant de façon quotidienne, et quelques données consensuelles concernant le coronavirus.


Liens: (Cliquez sur le          )


Etat de Fribourg : recommandations pour les médecins:                       (voir sous : recommandations pour la prise en charge du Covid-19)


Etat de Fribourg : actualité cantonale :


Etat de Fribourg : directive pour les EMS :


OFSP : informations pour les médecins :                            (voir surtout sous : prise en charge au cabinet) 


OFSP : situation Suisse et divers :


OFSP : site pour les patients : www.OFSP-coronavirus.ch :


OMS : situation mondiale :


SafeTravel : évolution de la pandémie en Suisse et dans le monde : 


Carte de l’évolution de l’épidémie en Suisse :                      ou dans le monde :              


Unisanté : CORONACHECK (évaluation risque, recommandation, auto-quarantaine … ) : 


OMCV: Dépliant : isolement pour cas confirmé :                             ou auto-quarantaine pour contact :


Si vous avez encore des questions:

Infoline Coronavirus OFSP pour les professionnels de la santé : tél. 058 462 21 00  (7/7, 24/24 h)

Hotline HFR pour les professionnels de la santé : tél.  0840 26 17 00 (7/7, 8h-20h)




Médication et covid-19 : consensus:

Après la controverse suscitée par une étude relayée par the Lancet, concernant les IEC et les sartans durant l’épidémie, il convient actuellement de CONTINUER le traitement habituel des IEC et ARA-II (source Société suisse de cardiologie et d’hypertension)

La société de rhumatologie américaine propose également de ne pas changer le traitement corticoïdes habituel ni tout autre traitement immunosuppresseur ou immunomodulateur.

Par contre, les AINS semblent pouvoir augmenter la virulence chez certains patients. Par mesure de précaution, les sociétés médicales nous proposent de nous abstenir de prescrire les AINS, et proposer en remplacement du paracétamol. 



Le coronavirus : pas une simple grippe…

Quelques données et consensus (11.03.2020):


Symptômes : EF (88%), toux sèche (68%), fatigue (38%), expectorations (33%), dyspnée (19%), angine (14%), céphalée (14%), myalgies (15%), frissons (11%), nausée/vomissements (5%), diarrhée (4%).


80 à 85% des sujets infectés par le SARS-CoV-2 n’ont pas ou peu de symptômes (surtout les enfants).

15 à 20% développent une maladie plus sévère.

Environ 5% des sujets infectés entrent dans une phase critique,  avec un taux de mortalité de l’ordre de 50% dans ce groupe.


Selon Jama, sur près de 45.000 cas confirmés, le taux moyen de mortalité est de 2,3% (2.8% selon OMS) avec une grande variabilité selon l’âge des patients et leur comorbidité. (Grippe saisonnière, autour de 0,1%). 


taux de mortalité   -   âge des patients              taux de mortalité -  population présentant :


0% .                          0- 10 ans.                         5.6%                       un cancer

0.2%                         10-39 ans                         6%                          une HTA

0,4%                         40-49 ans                         6,3%                       une maladie respiratoire (insuf. respiratoire, asthme, BPCO...)

1,3%                         50-59 ans                         7,3%                       un diabète

3,6%                         60-69 ans                         10,5%                     une maladie cardio-vasc. (insuf. cardiaque, ATCD infarctus, AVC…)

8%                            70-79 ans      

14,8%                        >80 ans


La contagiosité est aussi élevée; selon NEJM: chaque malade infectait en moyenne 2,2 personnes. C’est plus que la grippe (1,3)


Dans la «NZZ», le spécialiste des épidémies Christian Althaus évoque un scénario catastrophe avec 30 000 victimes en Suisse, selon l’hypothèse que 30 à 40% de la population suisse serait infectée par le virus.

On espère un chiffre moindre avec un travail de prévention efficace (dans l’expansion de la maladie et un maintien de l’efficience du réseau de santé)

En effet, selon la prise en charge de l’épidémie, la mortalité du virus varie beaucoup : de 4% dans la province de Hubei (épicentre de l’épidémie) à 0,5% dans celle de Guangdong (proximité de Hongkong).

Cela donne de l’espoir et nous encourage dans notre travail.


Courage donc, mais quand même attention. Si la mortalité globale des professionnels de santé chinois contaminés reste faible (0,3%), le jeune âge de plusieurs d'entre eux frappe, car il sort du profil type des autres victimes. Chers collègues, protégez-vous bien aussi… 

A propos, un masque chirurgical semble finalement suffisant pour se protéger des gouttelettes d’un patient à risque (plus besoin de masque filtrant FFP2 au cabinet, car la contamination par aérosols semble définitivement écartée). Par contre, il est recommandé de le changer après 3 à 4 heures, et de se désinfecter les mains après l’avoir enlevé.



Sinon, pas de panique, et un peu d’humour…